Le futur de la finance

 

Les entreprises FinTech ne se contentent pas d'être des entreprises, elles ambitionnent de rendre la finance plus transparente. La technologie permet de changer le monde rapidement.

Anil Stocker PDG et cofondateur de Market Invoice

La technologie transforme le secteur financier.
Les leaders de l'industrie nous expliquent pourquoi l'innovation de rupture est aussi susceptible de provenir des startups que des acteurs établis,
et pourquoi FinTech est un mot que nous risquons d'entendre de plus en plus souvent.

La finance - mais pas comme on la connaît

La technologie révolutionne les services financiers. S'inspirant d'industries comme les sciences de la vie et l'aviation, qui utilisent la technologie pour industrialiser les processus, réduire les coûts et se conformer aux réglementations, ce secteur ouvre grand les bras à la technologie financière - plus connue sous l'appellation de FinTech. Les startups technologiques affrontent les défis du secteur : innovation, évolution de la demande des clients et accroissement de la pression réglementaire. Le résultat est sans appel : des acteurs établis et de nouveaux arrivants jouent des coudes pour rivaliser avec, ou acquérir, ces startups. À l'instar du bouleversement causé par iTunes à son arrivée dans l'industrie de la musique, la technologie numérique révolutionne le secteur des services financiers.

« Pour concevoir ces nouvelles plates-formes FinTech numériques, le développement logiciel est mené à un rythme vertigineux », déclare Guillaume Dufour, vice-président, Finance et Services chez Dassault Systèmes, "the 3DEXPERIENCE company". « Depuis la crise financière internationale de 2008, le secteur des services financiers a dû réaffirmer son rôle positif au service de la société et de l'économie. Nous observons le secteur s'emparer des nouvelles technologies pour repenser à la fois les fonctionnements internes et l'expérience du client. »

Des innovations révolutionnaires ont lieu dans les secteurs B2B (entreprise à entreprise) et orientés clients des services financiers. Dans l'environnement B2B, de nouvelles sociétés ont fait leur apparition. Elles prennent en charge des services tels que la gestion et l'analyse des données, de manière plus agile et économique que ne le peuvent les institutions elles-mêmes. Des sociétés telles que BNP Paribas Security Services numérisent leurs processus dans le but de réaliser des économies, de gagner en transparence et d'offrir une meilleure expérience à leur clientèle. C'est une approche qu'approuve Dassault Systèmes. La société accueille un programme d'accélération, le 3D FinTech Challenge, qui vise à accélérer le rythme de l'innovation au sein des services financiers en donnant aux startups technologiques la possibilité de relever des défis concrets.

Dans le secteur B2C (entreprise à particulier), une technologie révolutionnaire favorise l'essor de l'« argent mobile » qui a le pouvoir de changer les économies. En Afrique sub-saharienne, où le système bancaire traditionnel se heurte à des problèmes d'infrastructure - et où 55 pour cent des emprunteurs utilisent exclusivement des sources informelles de crédit - la banque mobile représente aujourd'hui 16 pour cent du marché. Elle a également engendré une explosion inédite de nouveaux modes de paiement.

Prenez par exemple le service de transfert d'argent mobile M-Pesa, qui a démarré au Kenya. Les utilisateurs approvisionnent leurs comptes numériques en payant des agents M-Pesa en espèces, et envoient ensuite les sommes à leurs destinataires par SMS. Rien qu'au Kenya, 11 milliards de dollars de transactions ont été effectuées de cette manière en 2014. Le service existe aujourd'hui jusqu'en Inde et en Roumanie.

Ces nouvelles technologies n'intéressent pas uniquement les pays en développement. Elles sont également utilisées par des entreprises occidentales telles que Facebook Pay. Ces « portefeuilles numériques » sont exploités par les nouvelles entreprises du secteur FinTech, telles que Venmo et Circle. Ils permettent de stocker, de transférer et d'utiliser de l'argent en ligne.

Les mécanismes financiers se transforment à vue d'œil.

Le nouvel ordre financier

Transparence pour les investisseurs

Avec des taux d'intérêt à des niveaux historiquement bas, nous assistons à l'arrivée d'un nouveau type d'investisseurs. Qu'ils agissent depuis leur domicile ou qu'ils travaillent dans une institution financière, les investisseurs veulent savoir où est placé leur argent et ce qui en est fait. Cette exigence de transparence n'est pas prête de disparaître. À l'ère numérique, les transactions financières sont devenues rapides, simples, directes – n'importe où, n'importe quand.

Surtout, les investisseurs se voient offrir des points d'entrée plus abordables. Le service d'investissement en ligne à bas coût Nutmeg est l'une des entreprises qui espèrent rendre l'investissement facile et même – à grand renfort de graphiques interactifs représentant le profil de risque du client – amusant. Nick Hungerford, PDG de Nutmeg, déclare : « La nouvelle technologie nous permet de démocratiser les services financiers, de donner à tous accès à ce qui était jusqu'à présent réservé aux plus fortunés. »

C'est un moment important pour la technologie financière, un moment où la vitesse de mise sur le marché est un facteur de différenciation. Guillaume Dufour, VP chez Dassault Systèmes déclare : « L'innovation ne consiste pas uniquement à avoir les bonnes idées, mais à exceller dans la capacité à transformer rapidement ces idées en solutions orientées clients. »

Certaines devises numériques, comme le bitcoin, ont le potentiel de transformer les mécanismes du transport de l'argent en réduisant les coûts de transfert. Elles peuvent aussi être un facteur important de réduction du blanchiment d'argent. L'inconvénient est qu'il n'existe actuellement aucune autorité qui garantisse la valeur du bitcoin. « Le meilleur type de paiement est celui que vous ne voyez pas. C'est l'avenir de la dépense d'argent », affirme John Lunn, directeur de PayPal Developer pour le monde.

Les organismes de régulation exigent plus de transparence et d'ouverture ce qui entraîne, en retour, des innovations spectaculaires. La collaboration avec les entreprises FinTech réduit les coûts de régulation et améliore la conformité. L'éditeur de logiciels londonien Open Gamma, par exemple, aide les fournisseurs de services financiers à gérer le risque de manière transparente en rendant chaque code et calcul accessibles aux utilisateurs.

Outre les gains de rentabilité, le secteur assiste à une véritable explosion du traitement et de l'analyse des données permettant ainsi aux gestionnaires de fonds d'investissement et à leurs clients d'accéder aux nouvelles formes d'information partout où ils en ont besoin. Ces nouvelles méthodes favorisent l'émergence d'innovations de cybersécurité telles qu'un meilleur chiffrement et d'autres formes de protection des données en transit et au repos.

Le paysage de l'investissement change. Les investisseurs sont plus nombreux que jamais et disposent d'un arsenal de nouvelles plates-formes qui leur assurent un accès simple et transparent à leurs investissements. Le rythme de l'innovation technologique va vraisemblablement s'accélérer.

Vous pouvez ignorer la technologie financière, mais vous aurez été prévenus !

Bénéfices sans précédents

Prédiction de la valeur du marché du secteur FinTech

D'après Accenture, la valeur du secteur FinTech global doit doubler à plus de 8 milliards de dollars d'ici à 2018.

Copyrights
Cet ensemble vidéo/article/infographie a été créé
par CNBC Creative Solutions en partenariat avec Dassault Systèmes.