Série Leaders internationaux

Entretien avec Marcus Bryson, président-directeur général, Aérospatiale et systèmes terrestres, GKN

Depuis 1993, GKN Aerospace a fait l'acquisition d'entreprises disposant d'une expertise dans la fabrication, les aérostructures et les technologies de matériaux de haute précision, afin de devenir l'un des fournisseurs les plus fiables au monde pour les fabricants d'équipements d'origine (OEM). La croissance de GKN s'est faite en grande partie sous la direction de Marcus Bryson, président-directeur général de l'entreprise. En janvier, il est devenu président d'ADS Group, la principale organisation du Royaume-Uni consacrée à l'aérospatiale, à la défense, à la sécurité et à l'organisation spatiale, un poste qu'il occupe conjointement à son rôle de coprésident du partenariat stratégique dédié au développement de l'aérospatiale au Royaume-Uni. Dans l'entretien qui suit, accordé à Tony Velocci, ancien rédacteur en chef du magazine Aviation Week & Space Technology, Marcus Bryson évoque l'avenir de GKN, ce que signifie être un leader, et sa vision de l'industrie de la défense au Royaume-Uni.

Extrait

L'aérospatiale fait partie des secteurs les plus concurrentiels au monde, en particulier dans les marchés où GKN opère. Comment la culture de GKN se distingue-t-elle de celles des autres entreprises du secteur ?

GKN a commencé très modestement et nous avons toujours possédé une identité propre : celle d'une « petite entreprise ». Nos processus sont flexibles et « lean », ce qui permet à l'entreprise de prendre des décisions rapides. Il est important que nous conservions cette culture au fur et à mesure de notre croissance.

L'une des principales caractéristiques de GKN est qu'un pourcentage considérable de notre chiffre d'affaires est consacré au développement technologique, qui connaît un essor fulgurant. Nos antécédents en ingénierie ont toujours été solides. Les technologies que nous produisons représentent plus que jamais un facteur de différenciation clé pour nos clients.

 

Dans le secteur aérospatial, le contexte économique est plus difficile que jamais. Les attentes des clients à l'égard de tous leurs fournisseurs sont extrêmement élevées. Comment GKN s'adapte-t-elle aux exigences de cet environnement, et quelle est selon vous la meilleure preuve de la réussite de l'entreprise ?

Il y a 10 ans environ, l'évaluation de la performance des fournisseurs était basée sur la satisfaction des attentes du client, que le produit ait été livré le 1er ou le 31 août. Cela était suffisant pour les satisfaire. Désormais, les choses ont considérablement évolué. La situation n'est pas encore identique à celle du secteur de l'automobile, où les fournisseurs disposent d'une fenêtre de quatre heures à une date spécifique pour livrer leur produit. Le secteur aérospatial a considérablement évolué. Au Royaume-Uni, il était perçu comme un atelier multigamme. GKN s'est bien adaptée à ce nouvel environnement et veut devenir un fabricant incontournable.

Quel pourcentage de vos dépenses technologiques est directement consacré à des activités de recherche et de développement appliquées, peu risquées, et quelle part occupent les investissements dans des technologies de rupture ?

Pour nous, ces deux éléments sont d'égale importance. En matière de technologie appliquée, nous cherchons à produire des produits de manière beaucoup plus rentable. En ce qui concerne les technologies de rupture, nous investissons considérablement dans les matériaux composites, qui deviennent de plus en plus importants dans l'aviation commerciale. Ils ont connu une progression lente pendant des années, mais cette tendance s'inverse rapidement. La prochaine avancée majeure viendra de la nouvelle génération d'avions à couloir unique.

Personne ne peut prévoir le moment exact, mais il s'agira d'un avion composite. Toutefois, avant cela, des avancées technologiques majeures doivent se produire dans les domaines de la fabrication et de l'application des matériaux composites. Ils sont, pour le moment, trop coûteux et trop longs à produire. Les avionneurs cherchent à atteindre des taux de production de 50 par mois, et il est impossible de maintenir un tel rythme en utilisant des composites selon les méthodes de fabrication actuelles. En effet, ils impliquent un processus de fabrication à forte intensité de capital et d'énergie. La fabrication des composites doit être totalement repensée.

Nous avons récemment lancé un projet au Royaume-Uni, avec pour objectif de fabriquer une aile en composites moins coûteuse qu'une aile en métal. Sera-t-elle radicalement différente ? Je vous le garantis [...]

L'industrie poursuivra son évolution, et les entreprises qui s'ajusteront rapidement aux changements auront le plus de chances de réussir. Celles qui évoluent et innovent trop lentement sont vouées à l'échec.

Marcus Bryson Président-directeur général, Aérospatiale et systèmes terrestres, GKN