• Partager
  • Facebook
  • Twitter

Est-il possible de remorquer un iceberg ?

Après des mois d’une intense collaboration, et grâce au logiciel Dymola, l’équipe finalise un modèle de dérive intégré, qui consolide l’ensemble des critères en cause dans l’opération de transfert de l’iceberg :

- les données météorologiques et océanographiques que va rencontrer le convoi quelque soit l’endroit ou le moment, et leurs impacts sur le déplacement du convoi.

- les lois de fonte issues des simulations hydrauliques et thermiques, qui vont permettre d’observer l’évolution de la fonte de l’iceberg tout au long de son transport.

- les phénomènes physiques qui correspondent notamment à la dérive de l’iceberg et du convoi de manière générale sous l’effet des différentes forces naturelles (vents, courants, houle…), la force de traction exercée par le remorqueur et la consommation de mazout engendrée, la prise en compte des phénomènes de trainée de l’air et de l’eau avec l’iceberg et le bateau, la rotation de ta terre (force de Coriolis), etc.

En quelques clics dans le logiciel Dymola, les experts de Dassault Systèmes renseignent les coordonnées GPS de la localisation initiale de l’iceberg, proche de Terre-Neuve et de sa destination aux Iles Canaries, choisissent une date de départ pour le convoi - le 3 juin - et le nombre de remorqueurs à utiliser pour tracter l’iceberg ainsi que la puissance de ces remorqueurs. Enfin, ils choisissent la stratégie de pilotage générale telle que l’adopterait le commandant de bord dans la réalité. Deux minutes plus tard, la simulation est terminée et livre ses résultats : durée totale du trajet, masse de glace restante à l’arrivée, consommation totale de mazout. Aussi, sur une mappemonde, on découvre une courbe alambiquée décrivant la trajectoire complète suivie par le convoi. On peut la rejouer au ralenti, pas à pas et ainsi observer ce qui se passe à chaque instant, analyser les causes et les effets produits par les différents paramètres. On peut donc en déduire entre autres combien de glace il reste à l’arrivée et quelle quantité de mazout le remorqueur a consommé en fonction de l’itinéraire suivi : environ 150 jours seraient nécessaires pour chaque trajet, à raison d’une vitesse moyenne de 1,5km/heure pour le convoi.

Voir le documentaire scientifique

Watch the scientific TV documentary and have a chance to win the blu-ray edition

Repères

VIDEO : SIMULER LE TRANSFERT

VIDEO : ANALYSER LA RESISTANCE DU CABLE