• Partager
  • Facebook
  • Twitter

Projet pilote

Ce sont les Iles Canaries que Georges Mougin et son équipe ont choisies comme lieu de destination. Cette région souffre de carences en eau douce et utilise déjà des solutions de dessalement, soit un terrain propice pour éprouver l’alternative « icebergs ».

L’ile de Terre-Neuve s’impose alors comme lieu de départ grâce aux courants marins qui favoriseront un remorquage de l’iceberg à moindre coût. D’ailleurs, la zone de Terre-Neuve présente déjà l’environnement et les infrastructures requis pour un tel projet : des icebergs, bien sûr, mais aussi leur surveillance et la connaissance experte de leur dérive naturelle grâce à la Ice Patrol, et la disponibilité de remorqueurs.

Les fondamentaux du projet pilote sont donc les suivants : un tabulaire d’environ 7 millions de tonnes, un remorqueur d’une force de traction de 130 tonnes, et un trajet fixé entre Terre-Neuve et les Iles Canaries.

Voir le documentaire scientifique

Watch the scientific TV documentary and have a chance to win the blu-ray edition

Repères

Une jupe pour ralentir la fonte

Georges Mougin a imaginé une invention inédite constituée de plusieurs bandes géantes de géotextile non tissé.

La forme de l’iceberg

C’est sur un tabulaire de près de 10 millions de tonnes que Georges Mougin a décidé de tester ses concepts.

Des courants porteurs

La force des courants porteurs et le principe de la dérive assistée facilite le déplacement de l’iceberg.