aoû 21 2007

Lockheed Martin renforce ses liens avec la NASA en utilisant DELMIA de Dassault Systèmes afin d’améliorer les maquettes physiques d’Orion

Une maquette numérique permet d’ajuster la maquette physique du futur engin spatial américain, permettant ainsi d’accélérer son développement

Paris, le 21 août 2007 – Dassault Systèmes (DS) (Nasdaq : DASTY ; Euronext Paris : #13065, DSY.PA), leader mondial des solutions 3D et de gestion du cycle de vie des produits (Product Lifecycle Management ou PLM), annonce que la mise en œuvre de DELMIA par Lockheed Martin Space Systems (LMSCC), permet au constructeur aéronautique et spatial américain de travailler en plus étroite collaboration avec la NASA (National Aeronautics and Space Administration). Les efforts déployés par les deux sociétés portent plus particulièrement sur la création de maquettes du futur engin spatial Orion, qui sera utilisé dans le cadre de missions orbitales et pour l’atterrissage sur la Lune.

Orion, prochain projet d’envergure mené par les Etats-Unis dans le domaine de l’exploration spatiale, s’inscrit dans le cadre du programme Constellation destiné à l’exploration du système solaire. Lockheed Martin et la NASA travaillent en partenariat sur la simulation des facteurs humains, afin de développer le module de commande du système Orion. Les contrats passés avec Lockheed Martin à l’occasion de ce programme sont évalués à environ 4 milliards de dollars. Les chefs de projet de LMSSC précisent que la simulation des différents scénarios potentiels, et les études de compensation qui y sont associées, aident à bâtir des relations de travail et une crédibilité déterminantes dans la réussite de toute collaboration entre des instances gouvernementales et des entreprises. Le logiciel de simulation utilisé est DELMIA DPM (Digital Process for Manufacturing) et DELMIA V5 Human pour les analyses ergonomiques.

Travaillant directement avec les astronautes, la NASA et LMSSC élaborent à Littleton (Colorado) une maquette virtuelle (ou numérique) du engin d’exploration habité, en bénéficiant de l’apport des solutions DELMIA. Une maquette physique est également construite au centre spatial Johnson (JSC) de la NASA, à Houston (Texas). La maquette virtuelle facilite et accélère considérablement le développement en reproduisant de façon fidèle la maquette physique en cours de fabrication au JSC. La maquette de Littleton permet en outre de réduire les coûts de développement, en permettant des modifications effectuées de façon numérique, sans avoir à intervenir ultérieurement sur les éléments mécaniques et structuraux de la maquette physique. La maquette virtuelle fournit une base technique pour les aménagements destinés à l’équipage, notamment l’espace vital et la configuration des sièges. Elle permet également de s’assurer que les membres d’équipage sont à même de visualiser et d’atteindre les systèmes de commande dans les meilleures conditions. Les simulations mises en œuvre utilisent jusqu’à onze mannequins virtuels et comportent différentes analyses de l’espace disponible pour les mouvements physiques de l’équipage, l’accès aux compartiments de rangement ainsi que l’entrée et la sortie du engin spatial.

Pour Lockheed Martin, les maquettes numérique et physique de l’engin spatial Orion constituent des éléments d’interconnexion clés dans le cadre de sa collaboration avec la NASA. Les données de simulation sont utilisées au JSC pour ajuster la fabrication de la maquette physique grandeur nature. La maquette virtuelle aide également les équipages en formation, et la NASA, à évaluer plus précisément la conception des systèmes de commande. Ces simulations permettent de gagner du temps et de l’argent, puisqu’elles évitent d’avoir à reprendre ou à modifier sans cesse la maquette physique.