mai 21 2014

Dassault Systèmes dévoile une simulation en 3D du cœur qui révolutionne l’étude des maladies cardiaques et les traitements personnalisés

Le projet « Living Heart » réunit une équipe pluridisciplinaire d’experts médicaux et d’ingénieurs pour définir l’avenir des diagnostics et du traitement des maladies cardiaques

VÉLIZY-VILLACOUBLAY, le 21 mai 2014 — Dassault Systèmes (Euronext Paris : #13065, DSY.PA), « The 3DEXPERIENCE Company », leader mondial des logiciels de création 3D, de maquettes numériques en 3D et de solutions de gestion du cycle de vie des produits (PLM — Product Lifecycle Management), annonce la création du premier cœur humain virtuel simulé en 3D. Développé en collaboration avec une équipe pluridisciplinaire notamment composée de spécialistes du cœur engagés dans la lutte contre les maladies cardio-vasculaires, le projet « Living Heart » constitue une nouvelle avancée en matière de diagnostic, de traitement et de prévention des maladies cardiaques au moyen de modèles virtuels 3D personnalisés.

Selon une étude récente réalisée par l’Organisation mondiale de la santé, 17,3 millions de personnes sont décédées de maladies cardio-vasculaires à travers le monde en 2008, soit 30 % de la mortalité mondiale totale. Selon le rapport publié par l’American Heart Association « Forecasting the Future of Cardiovascular Disease in the United States » le véritable coût médical direct des maladies cardiovasculaires totalisera 818,1 milliards de dollars durant les 30 prochaines années.
Au centre du projet « Living Heart » se trouve le modèle 3D d’un cœur humain développé avec les applications de simulation réaliste de la plate-forme 3DEXPERIENCE de Dassault Systèmes. Les experts de Dassault Systèmes se sont appuyés sur les dernières avancées enregistrées dans le domaine de la simulation et sur les applications SIMULIA pour développer un modèle 3D complet du cœur humain reproduisant le comportement électrique et mécanique de cet organe de façon aussi réaliste et vivante que possible.
Aujourd’hui, le manque de modèles humains 3D réalistes limite la capacité des chercheurs à prévoir le comportement des appareils implantés dans l’organisme. Le projet « Living Heart » a réuni une communauté pluridisciplinaire de chercheurs en médecine, praticiens, fabricants d’appareils et organismes de réglementation qui pourront accéder à des modèles de calcul 3D en vue de convertir plus rapidement les innovations issues de la recherche en produits et services adaptés au marché.
En utilisant des techniques telles que l’échocardiogramme, l’IRM et la tomodensitométrie, ainsi que des données de recherches cardiaques, les simulations cardiaques personnalisées en 3D permettront bientôt aux cardiologues de mieux comprendre le comportement du cœur de leurs patients sans recourir à des procédures de diagnostic invasives supplémentaires.
« Nous vivons une époque passionnante où il est possible de simuler la façon dont le cœur d’un patient peut réagir à un large éventail d’interventions, lui évitant ainsi qu’à de nombreux autres patients les incertitudes liées au résultat des procédures », déclare le Dr James C. Perry, professeur en pédiatrie à l’Université de Californie de San Diego et directeur du service Electrophysiology & Adult CHD à l’Hôpital pour enfants Rady, à San Diego. « C’est le cas des personnes souffrant de malformations cardiaques congénitales et dont la vie implique nécessairement de nombreuses procédures cardiaques, mais également des très nombreuses personnes atteintes d’insuffisances, d’arythmies et autres anomalies cardiaques structurelles. Cette technologie marque un progrès énorme qui permettra d’accélérer la traduction de notre connaissance scientifique élémentaire des fonctions cardiaques en applications pratiques qui contribueront à l’amélioration de la santé et de la sécurité. »
Le projet « Living Heart » rassemble aussi plusieurs grands spécialistes de la modélisation et de la simulation cardio-vasculaires dans le but de relever les défis les plus complexes en utilisant les capacités des applications SIMULIA de Dassault Systèmes pour simuler le comportement non linéaire complexe du cœur et produire les résultats aussi réalistes et aussi fiables que possible.
« Au fil des années, Dassault Systèmes a pris part à de nombreux projets de simulation, de la conception en 3D d’automobiles permettant d’éviter de graves blessures, aux études menées aux côtés d’éminents chercheurs pour étudier l’impact des sports de contact sur le cerveau. La collaboration d’experts représentant différentes disciplines dans le cadre du projet Living Heart garantit la durabilité à long terme de ces travaux », déclare Scott Berkey, directeur général de la marque SIMULIA chez Dassault Systèmes. « Avec la contribution de chercheurs de renom, de médecins et d’organismes de réglementation, ce projet montre une nouvelle fois comment notre plate-forme 3DEXPERIENCE peut contribuer à améliorer les produits, la nature et la vie. »
Cette simulation réaliste du cœur humain peut non seulement devenir un précieux outil d’éducation et d’expérimentation qui favorisera l’innovation et la recherche, mais aussi permettre d’accélérer les cycles d’homologation réglementaire, de réduire les coûts de développement de nouveaux dispositifs plus personnalisés et, à terme, de réaliser des diagnostics précoces et d’améliorer le résultat des traitements.
« Le projet Living Heart est un excellent exemple de la valeur et de la capacité potentielle de la simulation réaliste à influer de manière significative et positive sur la santé », indique Bill Murray, président et CEO du Medical Device Innovation Consortium (MDIC), un partenariat public-privé conclu avec l’agence américaine des produits alimentaires et des médicaments (FDA). « Le MDIC est fier de participer à ces travaux à la pointe de l’innovation. Le projet Living Heart est un modèle qui montre comment les partenariats peuvent faire progresser la science réglementaire dans le secteur des appareils médicaux et améliorer l’accès des patients à des technologies médicales de pointe. »