nov 17 2014

Dassault Systèmes signe un accord de recherche aux Etats-Unis avec la Food and Drug Administration pour son projet « Living Heart »

En franchissant de nouvelles étapes-clé et grâce au « crowdsourcing », le projet s’accélère vers la réalisation d’une expérience 3D de nouvelle génération pour le traitement et le diagnostic des maladies cardiaques, au bénéfice des patients

VELIZY-VILLACOUBLAY, le 17 novembre 2014 — Dassault Systèmes (Euronext Paris : #13065, DSY.PA), « The 3DEXPERIENCE Company », leader mondial des logiciels de création 3D, de maquettes numériques en 3D et de solutions de gestion du cycle de vie des produits (PLM — Product Lifecycle Management), annonce une étape majeure pour son projet « Living Heart », portant sur la création de cœurs personnalisés simulés en 3D, leur utilisation dans le traitement et le diagnostic des maladies cardiaques, ainsi que le développement d’appareils médicaux. Créé grâce aux applications de simulation réaliste intégrées à la plateforme 3DEXPERIENCE de Dassault Systèmes, le « Living Heart Project » annoncé en mai dernier a rapidement lancé son premier simulateur cardiaque 3D réaliste en phase de test bêta, validé l’efficacité d’un dispositif et franchi le cap des 30 organisations contributrices.
Étape-clé de cette initiative, Dassault Systèmes a signé un accord de recherche collaborative d’une durée de cinq ans avec l’agence américaine des Produits alimentaires et des Médicaments (Food and Drug Administration — FDA), dont l’objectif initial porte sur le développement de modèles de test pour l’insertion, le placement et le fonctionnement de sondes de stimulateurs cardiaques (pacemaker leads) et autres appareils cardiovasculaires utilisés pour le traitement des maladies cardiaques.
Utilisant un modèle de crowdsourcing qui protège la propriété intellectuelle de chaque société-membre tout en permettant à chacune d’entre elles de partager les résultats obtenus, le « Living Heart Project » est développé en étroite collaboration avec les plus grands cardiologues, fabricants d’appareils médicaux et chercheurs universitaires qui prennent part à l’évaluation du cœur simulé en 3D et à son utilisation en vue de tester des appareils médicaux, d’améliorer les diagnostics cliniques et de guider la planification pré-opératoire.
Les 30 organisations-membres, qui réunissent plus de 100 spécialistes en cardiologie issus des domaines de la recherche, de l’industrie et de la médecine, ont accès au simulateur cardiaque pour effectuer les essais, ce qui permet d’accélérer le développement du programme par l’intermédiaire du modèle de crowdsourcing. Les chercheurs se sont associés au consortium MDIC (Medical Device Innovation Consortium) afin d’accélérer le processus d’homologation des appareils médicaux tout en favorisant l’innovation, l’amélioration de la fiabilité pour les patients et la réduction des coûts. Le projet a déjà été utilisé pour valider l’efficacité d’un dispositif novateur d’aide pour les valvules avant son insertion dans l’organisme d’un patient, ainsi que pour comprendre l’évolution des maladies cardiaques.
« La modélisation et la simulation sur ordinateur disposent du potentiel nécessaire pour révolutionner les domaines des appareils médicaux et de la santé en accélérant l’innovation et en apportant une preuve complète de la sécurité à long terme », déclare Bill Murray, président et CEO du consortium MDIC. « Cette technologie tient ses promesses en allant au-delà des essais empiriques, jusqu’à l’évaluation de l’interaction entre des appareils et l’organisme en passant par des essais cliniques sur le corps humain, ce que n’autorise aucune méthode actuelle. Le projet ‘Living Heart’ est l’exemple parfait d’un nouvel outil qui permet à la communauté des utilisateurs d’appareils médicaux d’accéder à la simulation d’un cœur humain dont l’utilisation pourrait être validée depuis la conception des appareils jusqu’à leur soumission aux autorités de réglementation. »
« Le futur de la santé passe sans aucun doute par l’utilisation de la modélisation et de la simulation 3D pour guider nos choix en matière de traitements, former nos médecins et même éduquer les patients sur le rôle qu’ils doivent jouer dans la gestion de leur propre santé », indique Kumaran Kolandaivelu, instructeur en médecine à la Harvard Medical Medical School, et directeur du Centre de recherches cliniques au Massachusetts Institute of Technology (MIT). « En tant que médecin, nous avons le devoir moral d’utiliser les meilleures technologies scientifiques disponibles afin d’assurer le plus haut niveau de soins, en conjuguant un caractère invasif minime et le coût le plus bas possible. Nous travaillons avec Dassault Systèmes parce que je suis convaincu que le moment est venu d’exploiter pleinement le potentiel des sciences informatiques dans le domaine de la médecine comme c’est le cas dans d’autres disciplines. »
« Permettre aux professionnels de santé de créer des expériences innovantes pour les patients représente l’objectif stratégique de Dassault Systèmes dans la discipline des sciences de la vie », déclare Jean Colombel, Vice-président, Sciences de la vie, Dassault Systèmes. « En adaptant la plateforme 3DEXPERIENCE de Dassault Systèmes pour répondre à des besoins médicaux non satisfaits, comme le démontre cet exemple dans le domaine cardiovasculaire, nous soutenons le développement d’une nouvelle génération de solutions de santé et de pratiques collaboratives qui, à terme, amélioreront le résultat des traitements pour les patients ainsi que leur accessibilité aux soins. »
Pour de plus amples informations sur le projet « Living Heart », visitez le site www.3DS.com/heart.
# # #