mai 20 2015

Dassault Systèmes copréside l’Alliance pour l’Industrie du Futur lancée par le gouvernement français

L’expertise mondiale de Dassault Systèmes dans les solutions de transformation numérique sera mise au service des entreprises françaises

VÉLIZY-VILLACOUBLAY, le 20 mai 2015 — Dassault Systèmes (Euronext Paris : #13065, DSY.PA), « The 3DEXPERIENCE Company », leader mondial des logiciels de création 3D, de maquettes numériques en 3D et de solutions de gestion du cycle de vie des produits (PLM — Product Lifecycle Management), copréside l’Alliance pour l’Industrie du Futur, responsable de l’exécution de la seconde phase du programme stratégique de modernisation industrielle de la France lancé par le gouvernement. Annoncée par le gouvernement français le 18 mai 2015, l’Alliance pour l’Industrie du futur repose sur la convergence des usines, des objets connectés, de la réalité augmentée, de la robotique, du Big Data, de la cybersécurité et d’autres technologies, qui sont au cœur des innovations technologiques accomplies depuis trente ans par Dassault Systèmes dans les domaines de la conception, de la simulation et de la fabrication numérique.

Dassault Systèmes est un partenaire actif de l’Alliance pour l’Industrie du Futur, un groupement d’entreprises technologiques, d’associations professionnelles et de partenaires universitaires dont la mission est de promouvoir le programme du gouvernement français en vue de digitaliser l’industrie. Bernard Charlès, directeur général de Dassault Systèmes, copréside cette l’alliance. Dassault Systèmes va élaborer le programme de digitalisation à la base de l’initiative « Industrie du futur », mais va aussi lancer des projets de R&D collaboratifs pour combler certains manques qui existent aujourd’hui en matière de technologies. Dassault Systèmes va également moderniser les méthodes de fabrication numérique des PME en France et en Europe en favorisant la collaboration internationale grâce à l’identification de synergies.
« Cette Alliance pour l’Industrie du Futur représente un pôle d’une dimension complètement nouvelle, en regroupant des compétences et orientant les investissements au niveau national », déclare Bernard Charlès, directeur général de Dassault Systèmes. « La prise en compte par le gouvernement des enjeux, ainsi que les initiatives déjà amorcées pour innover, suscitent un nouvel enthousiasme. Aujourd’hui, le challenge consiste à encourager et rendre possible la transformation numérique à tous les niveaux de l’écosystème des petites et moyennes entreprises, véritable moteur de la compétitivité industrielle au sens large, en coopérant avec des initiatives européennes similaires actuelles, telles que l’Industrie 4.0 ».
Les problématiques de durabilité, la modernisation des usines et la nécessité d’intensifier la collaboration au sein des chaînes d’approvisionnement mondiales requièrent aujourd’hui des changements révolutionnaires au niveau industriel. Dans de nombreux pays à travers le monde, comme l’Allemagne, les États-Unis, le Japon ou l’Inde, les gouvernements et les entreprises ont identifié le potentiel que représente le lancement d’initiatives industrielles locales pour passer l’industrie à l’ère numérique et stimuler l’économie locale. L’innovation industrielle dépasse largement les murs de l’usine et tient compte de multiples concepts numériques qui révolutionnent les processus existants et créent un modèle de production dynamique, holistique et plus durable.
Depuis plus de 30 ans, Dassault Systèmes déploie toute son énergie pour développer des technologies et des solutions capables d’intégrer la transformation numérique dans diverses industries — de l’aérospatiale aux sciences de la vie — et définit la capacité du monde virtuel à stimuler les activités industrielles dans le monde réel. Dassault Systèmes s’est engagé dans un programme de croissance organique et d’acquisitions stratégiques afin de constituer un portefeuille complet d’outils numériques qui prennent en charge les processus industriels de bout-en-bout, tout en participant parallèlement à des initiatives dédiées à l’amélioration des technologies et des processus de production les plus performants aux États-Unis (numérisation industrielle), en Allemagne (Industrie 4.0) et, à présent, en France.
La digitalisation de la France, dans le cadre de l’initiative « Industrie du Futur », requiert de la part des membres de l’Alliance l’apport d’une expertise dans des domaines spécifiques. Grâce à leur vision unique, ils peuvent aider l’industrie à faire à nouveau preuve d’innovation. Cette initiative va s’appuyer sur l’expertise acquise par Dassault Systèmes avec les entreprises du monde entier qu’elle aide dans les domaines suivants :
• Science des matériaux : Les progrès accomplis dans la chimie et la science des matériaux aboutissent à l’apparition de nouveaux composants tels que les composites, qui révolutionnent les processus industriels. De nouveaux matériaux seront inventés dans le cadre de la bio-modélisation et de la simulation.
• Usine numérique : les systèmes, logiciels et composants électroniques embarqués connectent les produits, les machines, les installations et les hommes, et optimisent la fabrication et les opérations. Une plateforme numérique est essentielle à la connexion de ces éléments.
• Fabrication en tant que service : la collaboration en ligne entre les différents intervenants apporte la flexibilité et la capacité nécessaire pour répondre aux exigences d’utilisateurs extrêmement variés, avec à la clé un avantage concurrentiel pour les entreprises. Les entreprises doivent être en mesure de réagir et de s’adapter rapidement à la demande du marché d’un bout à l’autre de leur chaîne de valeur, en incluant notamment de nouvelles méthodes telles que l’impression 3D.
• Mécatronique et systèmes de systèmes : l’ingénierie des systèmes à base de modèles est une facette importante de la définition, de l’imagination et de la création de produits virtuels ainsi que d’expériences utilisateur qui reproduisent parfaitement les expériences qui auront lieu dans le monde réel du futur.
• Fabrication numérique — Les fab labs proposent un large éventail de nouvelles techniques industrielles et assurent un niveau de souplesse accru pour fabriquer des objets. Les start-ups notamment, bénéficient d’une flexibilité supérieure en limitant les risques associés au lancement de nouveaux produits innovants.
« L’industrie du futur sera une industrie d’expériences, structurée autour de chaînes de valeur hautement agiles et modulaires », ajoute Bernard Charlès. « Nous voyons déjà comment les sciences des matériaux, l’impression 3D et les fab labs révolutionnent la façon dont nous concevons, fabriquons et vendons de nouveaux produits ou de nouvelles solutions. C’est uniquement en exploitant les possibilités offertes par son « double numérique » — la numérisation de tous les aspects de l’industrie par l’intermédiaire de plateformes dédiées à l’innovation et à la collaboration —, que l’industrie pourra se créer un futur durable ».
# # #