mai 24 2004

Dassault Aviation et Dassault Systèmes écrivent une nouvelle page de l’histoire de l’aéronautique : le jet Falcon 7X devient le premier avion entièrement développé sur une plate-forme virtuelle

Pionnier de la construction aéronautique, Dassault Aviation réduit

de 50% les délais d’assemblage de cet avion d’affaires de haut de gamme grâce aux solutions PLM V5 de Dassault Systèmes



Paris, France – May 24, 2004 - Just one year after implementing a revolutionary virtual product development platform - the “Virtual Plateau” - based on Dassault Systèmes (Nasdaq: DASTY: Euronext Paris: #13065, DSY.PA) Product Lifecycle Management (PLM) Solutions, Dassault Aviation has halved the time required to assemble its new Falcon 7X business jet.

Le Falcon devient ainsi le premier avion de l’histoire de l’aéronautique à avoir été entièrement développé dans un environnement virtuel, de la conception à la fabrication jusqu’à la maintenance. Basé sur les logiciels CATIA, ENOVIA et DELMIA développés par Dassault Systèmes, cet environnement PLM intégré et unique permet à Dassault Aviation et à ses 27 partenaires dans sept pays de travailler sur une même plate-forme 3D collaborative. SMARTEAM a également été utilisé pour gérer et assurer le suivi des systèmes de l’avion.

Chacune des 30.000 pièces du jet a été conçue avec CATIA. Grâce à ENOVIA, plus d’un millier d’ingénieurs gèrent, échangent et travaillent sur des projets en temps réel, et notamment les données d’interface destinées aux parties conçues par les partenaires. Avec DELMIA et ses modules de modélisation humaine, les experts analysent et optimisent la conception du Falcon 7X pour les opérations cruciales de réparation et de maintenance.

Les importants gains obtenus en termes de délais d’assemblage et de qualité des pièces sont liés à la précision pouvant être atteinte sur la plate-forme virtuelle. La maquette numérique du Falcon 7X est si précise, que les pièces de structure et les circuits électriques et hydrauliques développés en mode virtuel s’assemblent parfaitement lors du montage physique des pièces de l’avion. Outre le fait qu’il n’est pratiquement plus nécessaire d’utiliser les outils d’assemblage traditionnels, Dassault Aviation ne produira pas de prototype physique du Falcon 7X. Le premier jet, dont la livraison est prévue pour mars 2005, sera immédiatement utilisé pour le processus de certification.

« Nous avons fait un vrai pari en décidant d’utiliser ENOVIA », déclare Jean-Claude Hironde, Directeur Général Technique Adjoint de Dassault Aviation. « Nous avons tout d’abord dû convaincre nos partenaires des avantages qu’offrent une plate-forme virtuelle, le partage des données et le travail contextuel. Mais aujourd’hui, avec la mise à jour des données du jour au lendemain, qui remplace le cycle de modification de deux mois jusqu’alors nécessaire, les bénéfices sont incomparables. »

« La plate-forme virtuelle a fondamentalement modifié notre façon de construire des avions », précise pour sa part Jacques Pellas, Directeur général des systèmes d'information de Dassault Aviation. « L’adoption du PLM nous permet d’améliorer la circulation des données au sein de l’entreprise, de redéfinir ses processus et de réorganiser les structures de l’entreprise. Nous ne sommes qu’à l’aube d’une nouvelle révolution industrielle. »

« En devenant le premier constructeur d’avions à mettre en œuvre un « plateau virtuel », Dassault Aviation s’impose une nouvelle fois comme un pionnier de notre industrie », déclare Philippe Forestier, Directeur Général Adjoint de Dassault Systèmes. « Tous les utilisateurs de ce plateau virtuel — qu’il s’agisse des fournisseurs ou des ingénieurs de Dassault Aviation — repoussent les limites du développement d’avions et démontrent la valeur de la transformation PLM. »

###

<p/>